Solofo, sa soeur, son frère et sa tante

Ayant fait connaissance de Solofo (né en 2000) par le biais d’une directrice d’école privée primaire dans un quartier des alentours, nous avons rapidement pris en charge sa scolarisation pour lui permettre d’aller à l’école. Son père parti, sa mère errante et malade mentale, il est, avec sa sœur (née en 2002) et son frère (né en 2004), élevé par sa tante Jeanine. Celle-ci a souvent des difficultés à trouver des lessives à faire, c’est ce qui nous a orienté vers le parrainage de la famille entière.

En 2011, nous avons procédé à la reconstruction de la maison de terre qui s’affaissait sous l’effet des eaux ruisselantes. Désormais en briques, elle supporte un toit de tôles neuves non trouées.

A chaque visite, nous aménageons le quotidien par un apport de vaisselle, couvertures, etc.…

A notre visite mensuelle en ce début de mars, la tante se montre toujours en difficultés financières, l'école privée coûte chère et elle n'a pu construire le lit n'ayant pas la possibilité d'ajuster les lattes de bois. Nous projetons le passage d'un artisan pour l'aider.

Cette fin d'année scolaire 2012, les trois enfants passent en classe supérieure. Jeanine est toujours triste et s'inquiète pour l'avenir.

Le 10 novembre 2012, c'est la rencontre pour l'enregistrement de la radio. Ils sont venus avec Prosper et les enfants et paraissent bien s'entendre. Janine était détendue et Solofo et les enfants très joyeux.

Le 17 de la semaine suivante, Ils sont là également pour le bilan de santé et repartent avec leur carte d’adhérent.

 

Avril 2013. Solofo et sa soeur sont présents quand nous venons les voir. La maison est petite et l'on peut constater que l'artisan envoyé pour construire le lit que nous leur avions donné, n'a pu le mettre sur pied, faute de place. Il faudrait qu'on trouve une solution pour faire une cuisine à l'extérieur car ils sont cinq à dormir là et les enfants deviennent grands. Eugénie pense aussi à eux pour un internat, ils sont tout à fait d'accord pour ce projet.
 
Août 2013. Après plusieurs contacts, Solofo est enfin admis en internat au Centre Don Bosco ; Notre Dame de Clairvaux  à Ivato. Le dossier doit être remis au 15 septembre. Il doit se munir des effets de toilette, de son uniforme et de ses effets scolaires. On doit payer le droit d'inscription, les frais généraux, et la participation pour l'internat. Il doit  déposer également ses frais de déplacement pour les vacances et avoir de l'argent de poche. Il entre en classe préparatoire, il passera son examen CEPE et ensuite il pourra continuer par une formation professionnelle pendant 3 ans.

En même temps, Eugénie fait les démarches pour son acte de naissance ainsi que pour son frère et sa sœur.


Septembre 2013. Solofo est très heureux d'être accepté en internat, mais perturbé et timide il en a oublié  son bagage de rentrée que Jeanine lui a apporté ensuite.
 
Fin novembre 2013. Solofo est toujours à Notre Dame de Clairvaux Don Bosco à Ivato, il est très content de tout ce qu'il apprend là bas. Depuis peu, il a choisi d’adhérer au scoutisme. Aujourd'hui Eugénie vient de scolariser sa soeur ANDO également en internat, elle est très contente. Elle nous dit aussi  la joie et les remerciements de Jeanine, leur tante, de savoir les enfants bien encadrés.
 
6 Mai 2014. Nous nous rendons à Manda, l'internat où est placée Ando pour la rencontrer. La directrice Mme Angelina nous reçoit et nous parle d'Ando.  Elle la trouve rebelle, têtue, elle fugue avec des copines à partir de l'internat, et a de mauvaises notes en classe. Nous ne la verrons que le lendemain matin avec son référent car elle est au sport. Elle va passer le CPE le 19/6 mais il n'y a pas beaucoup d'espoir qu'elle réussisse avec ses résultats très faibles.
Quand nous la retrouvons le matin, nous l'incitons à se mettre à travailler pour espérer trouver un travail qui lui permettra de répondre à ses besoins de coquetterie. En même temps, elle nous dit qu'elle veut être "bonne soeur" séduite par l'habit et la coiffe. Elle dort en dortoir, aidée si besoin par son référent pour l'étude du soir. Nous prévoyons de revoir ses résultats avant mon retour en France et également de proposer à Richard son frère de la rejoindre à Manda.
 
 
Le lendemain, nous rendons visite à Solofo placé au centre Dom Bosco à Ivato. Il est bien noté et se conduit bien. Il est très content d'être là, il a grossi et est heureux même s'il semble exclu par l'institutrice. Il va passer l'examen de CEPE même si son référent ne le juge pas capable de réussir. S'il échoue, il passera une année de préparation en formation au bâtiment. S'il réussit, il a 3 années de formation complète. Il nous dit dormir dans un dortoir de 17 personnes. Chacun s'occupe de son linge. A sa demande d'argent de poche, de pantalon, de cahiers, nous constatons que Jeanine n'honore pas sa responsabilité de subvenir à ses besoins alors que nous lui donnons la subvention entière. Nous lui rendons visite la semaine suivante.
Jeanine, chez elle, est toute heureuse de nous voir. Visiblement, ça va mieux, elle a grossi, elle est propre et correctement habillée. Elle est la soeur de la mère de Solofo et depuis que celle-ci a des problèmes mentaux, Jeanine reste près d'elle pour s'occuper des enfants. Elle est très heureuse que nous ayons placé Solofo et Ando et demande pour Richard. C'est effectivement notre intention mais nous ne le ferons pas sans l'accord de l'enfant lui-même. 
Les deux soeurs sont natives d'Antsirabe. La mère de Solofo avait un mari qui la trompait, elle a aussi perdu un enfant, tout cela a contribué à son mauvais état mental actuel. A 15 ans, Jeanine a eu son CEPE et est devenue domestique chez un médecin chez qui elle a été bien traitée. A 20 ans, elle est retournée à Antsirabe, a eu un copain puis est revenu à Tana pour seconder sa soeur.
 
En ce moment, elle a des soucis d'argent, il n'y a pas assez de lessives à faire. Elle projette d'ouvrir un petit commerce, c'est ce qui lui ferait le plus plaisir. Nous accédons à sa demande en lui donnant un fond de démarrage, ce qui la comble de joie. Elle n'a pas de problèmes de santé particulièrement sauf un mal de dents actuellement. Elle nous rappelle qu'elle ne peut pas construire le lit que nous lui avons donné parce que la maison n'est pas assez grande. Nous projetons de l'agrandir en repoussant un mur sur le coté. Richard arrive et saute de joie en nous voyant. Il est complètement d'accord d'être intégré à Manda avec sa soeur Ando, ce que nous pourrons faire à la rentrée prochaine.
 
Novembre 2014
 
Solofo a réussi son CEPE, nous le félicitons. Eugénie lui a fourni une combinaison pour son enseignement technique, il est fier. Richard a rejoint sa soeur à Manda à la rentrée scolaire. Et Jeanine complète ses revenus des lessives avec un petit commerce où elle vend de la viande dans son quartier. On les retrouve heureux de leur évolution et nous les encourageons à poursuivre.
 
Aout 2015
 
Nous apprenons par Eugénie que Richard a réussi son CEPE (certificat d'études primaires). Ando de son côté a de nouveau échoué. La décision est prise de l'orienter désormais vers des activités manuelles comme la couture, le tissage.
 
Février 2016
 

Nous rencontrons la directrice de Manda et la responsable du centre. Pour Richard, tout se passe bien, il a de bonnes capacités d’étude.

Avec Angeline, nous nous rendons à Ambatobe sur le site de la formation des jeunes filles en tissage et couture. C’est un bel établissement, très propre, logeant 18 adolescentes, bien tenu. La directrice nous parle d’Ando qui a besoin de plus de discipline. Mais elle a bon espoir.

 

La directrice de Manda a lancé une procédure pour nommer Jeanine tutrice légale des enfants, compte tenu de leur mère déficiente mentale. Il est urgent d’obtenir ce document car les enfants sont susceptibles d’aller en Allemagne pour accompagner une chorale qui avait eu de bons résultats au même concours l’année dernière.

En effet, Jeanine a un comportement exceptionnel dans l’attention qu’elle porte aux enfants se rendant souvent à Manda pour avoir des nouvelles et les recevant aux vacances scolaires.

Nous rencontrons Jeanine quand nous nous rendons au quartier. Exceptionnellement nous faisons la connaissance de la mère des enfants qui « a perdu la tête ». Jeanine donne discrètement les informations à Eugénie pour l’établissement des papiers. En ce moment, elle fait des petits boulots, nous avouant en riant qu’elle a tout mangé le stock. Elle cherche un travail de femme de ménage. 

Le 23 Février, Eugénie emmène Gisèle et Jeanine chez le docteur en psychiatrie pour obtenir un certificat d’incapacité à tenir un foyer et ainsi accepter la tutelle de Jeanine. Le certificat est délivré le même jour.

Septembre 2016
 
Solofo a terminé ses études à Don Bosco. Il est parti se reposer à la campagne chez sa grand-mère avant de constituer le dossier pour obtenir un travail. Ando continue sa formation coupe et couture et Richard passe en 5°. Il a pu faire partie du voyage en Allemagne qu’il a beaucoup apprécié à tel point qu’il aurait voulu y rester.
 

Octobre 2017

Solofo est manoeuvre maçon. Jeanine déplore qu’il ne les aide pas assez pour la nourriture. Elle souhaite agrandir la maison et nous présente un devis. Richard est toujours à Manda, il passe en 4° et travaille bien. Ando a terminé son stage de couture tissage et ne trouve pas de travail. Elle vient avec l’appui de sa monitrice de stage pour demander un téléphone nécessaire soi-disant pour trouver du travail. Je refuse, elle cherche par ses propres moyens, nous gardons son désir de travailler à l’hôtel pour un éventuel stage si le besoin se présente. Ce 23 octobre, BRigitte l’a fait accepter comme stagiaire en cuisine à l’hôtel. Nous participons à l’aménagement de la maison à hauteur de 80% des frais sous le contrôle de Brigitte. Pour les 20% restants, nous lui demandons une participation mensuelle pendant un an en baissant sa subvention, ce qu'elle accepte.

Janvier 2018
 
L'agrandissement de la maison de Jeanine a été enfin réalisé.